La carte de donneur

Nos partenaires

F.A.Q

POURQUOI LE DON D’ORGANES ?
De nombreuses personnes, adultes et enfants, sont à ce jour dans l’attente d’une transplantation d’organes.
Lors qu’il s’agit d’organes vitaux comme le cœur, le foie, l’intestin, et les poumons, leur qualité et leur espérance de vie diminuent de jour en jour car elles ne peuvent être sauvées que par le don d’organes.
Lors qu’un organe non vital est malade, les reins et le pancréas, des traitements de substitution permettent la survie dans des conditions de dépendance médicale difficiles et pénibles (la dialyse pour les insuffisants rénaux et les injections d’insuline pour les diabétiques). La transplantation est attendue comme un moyen de retrouver une meilleure qualité de vie.
Chacun d’entre nous pourrait se retrouver un jour dans cette situation d’attente. Ce type de don est gratuit et anonyme.
QU’EST-CE QU’UNE TRANSPLANTATION ?
La transplantation est une opération par laquelle un organe malade est remplacé par un organe sain, prélevé chez une personne décédée.
La personne transplantée est appelée un receveur ; celle qui est décédée est appelée donneur.
PEUT-ON DONNER UN ORGANE DE SON VIVANT ?
Oui.
La plus fréquente des transplantations pratiquées grâce à un donneur vivant est la greffe du rein. Des greffes de foie, avec une partie du foie du donneur, sont effectuées avec succès en Suisse.
Ces types de don ne peuvent se faire qu’à quel qu’un de la même famille ou de très proche.
JUSQU’A QUEL AGE PEUT-ON DONNER SES ORGANES ?
Toute personne en mort cérébrale est considérée comme donneur potentiel sous condition de l’avoir exprimé de son vivant et/ou d’avoir une carte de donneur et cela sans limite d’âge.
C’est l’âge biologique qui est beaucoup plus important que l’âge réel ; en d’autres termes, c’est l’état de santé du donneur avant son décès qui va déterminer la possibilité d’être donneur d’organes. Des examens spécifiques sont effectués avant le prélèvement pour évaluer la fonction et la qualité des organes à transplanter.
SELON QUELS CRITÈRES LE RECEVEUR EST-IL CHOISI ?
Le receveur figurant sur une liste d’attente se voit attribuer un organe en fonction de son groupe sanguin, de sa gravité, de sa compatibilité avec le donneur, de son poids et de sa taille selon des règles médicales strictes et incontournables. Ces règles correspondent aux règles internationales.
Les organes pour lesquels aucun receveur Suisse n’est compatible, sont proposés à nos voisins européens.
D’OU VIENNENT LES ORGANES TRANSPLANTES EN SUISSE ?

La plupart des organes proviennent de donneurs décédés ou vivants résidant en Suisse. Dans des cas d’urgence, les organes sont offerts par nos voisins européens.

QUEL EST LE TEMPS D’ATTENTE POUR RECEVOIR UN ORGANE ?

Cela dépend de l’organe et de l’avancement de la maladie. Dans le meilleur des cas, vous recevrez un nouvel organe après quelques semaines d’attente. En règle moyenne la durée moyenne d’attente est de 1 an pour tous les organes. Pour les reins, l’attente est un peu plus de 3 ans.

UN ENFANT PEUT-IL ETRE DONNEUR ?

Oui.

Il y a des enfants en liste d’attente d’organe.

C’est aux parents qu’incombent l’acceptation du don d’organes jusqu’aux 16 ans de l’enfant
UN ENFANT PEUT-IL ETRE RECEVEUR ?

Oui.

Il reçoit de préférence un organe d’un donneur enfant ou parfois d’un petit adulte. En ce qui concerne le foie, il y a la possibilité de partager un foie d’adulte pour transplanter un adulte et un enfant.

QUE DEVIENT LE CORPS APRES UN PRÉLÈVEMENT D’ORGANES ?

Après le prélèvement, le corps a un aspect normal, excepté la cicatrice opératoire.

La famille pourra disposer du corps du défunt pour pratiquer les rites funéraires de leur choix.

QUELLE EST LA POSITION DES RELIGIONS FACE AUX DON D’ORGANES ?

La majeure partie des grands courants religieux s’est clairement prononcée en faveur du don et de la transplantation d’organes. L’assistance à son prochain et l’esprit altruiste du donneur motivent cette unanimité.

DÉROULEMENT DU DON D’ORGANES ?
Lors qu’un patient, malgré les efforts intenses de l’équipe soignante, décède par mort cérébrale, des médecins indépendants de l’équipe de transplantation constatent et certifient le décès et l’annoncent à la famille. Le don d’organes est alors envisagé. La famille est interpellée pour connaître la volonté du défunt s’il s’est exprimé clairement de son vivant auprès de ses proches.
Sinon la famille décidera d’accepter ou de refuser le don d’organes.
Si l’accord est donné, l’hôpital où se trouve le donneur prévient la centrale de coordination nationale Swisstransplant. Celle-ci se charge de la répartition des organes selon des règles d’attribution strictes informatisées.
Des examens sanguins sont faits pour déterminer les compatibilités donneur/receveur.
Le patient donneur est transféré au bloc opératoire. Le prélèvement s’effectue dans le respect et la dignité de la personne décédée.
Une fois prélevés, les organes peuvent être conservés quelques heures jusqu’au moment de la transplantation dans des solutions de préservation à une température de 4 degrés.
LA TRANSPLANTATION ?
Dès qu’un greffon sera accepté, le futur receveur sera averti dans les délais les plus brefs et se rendra dans le centre de transplantation, à moins qu’il ne soit déjà hospitalisé.
La transplantation peut commencer dès que l’organe est arrivé; elle durera plusieurs heures en fonction de l’organe à transplanter.
Un séjour hospitalier plus ou moins long suivra au cours duquel un traitement anti-rejet du greffon sera instauré, par la prise d’ immunosuppresseur.
ET LA CARTE DE DONNEUR A L’ETRANGER ?

Dans chaque pays, la loi du pays est appliquée. La carte de donneur n’a comme valeur que celle de l’expression du défunt.